6 Volet vaccination Covid.pdf


Nom original: 6 - Volet vaccination Covid.pdf
Auteur: Daniel B.

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Microsoft® Word pour Microsoft 365, et a été envoyé sur document-pdf.fr le 23/09/2020 à 10:25, depuis l'adresse IP 83.201.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 116 fois.
Taille du document: 204 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


Volet vaccination Covid
Bref rappel : Les vaccins sont censés protéger ceux à qui ils sont injectés de la maladie visée, ce qui aurait permis selon
leurs promoteurs, d'éradiquer toutes les anciennes épidémies (variole, diphtérie, tuberculose, polio, coqueluche,
rougeole, etc.) Or, il s'avère que cette vision idyllique est très loin de correspondre à la réalité, malheureusement.
Voir par exemple les ouvrages de Michel Georget, Professeur de biologie agrégé : L'apport de la vaccination à la santé
publique et Vaccinations, les vérités indésirables.
https://livre.fnac.com/a11111598/Michel-Georget-Vaccinations-Les-verites-indesirables-S-informer-Choisir-Assumer
https://livre.fnac.com/a6949885/Michel-Georget-L-apport-des-vaccinations-a-la-sante-publique
Les premiers vaccins, jusqu'à une époque récente, étaient composés majoritairement par :
-

Des virus vivants mais atténués (ex. BCG, rougeole, rubéole, polio (par voie orale pour ce dernier)
Des vaccins inactivés (tués au formol) bactériens comme la coqueluche ou viraux comme celui de la polio (voie
injectable)
Les vaccins antigéniques purifiés contre les bactéries du pneumocoque, la typhoïde, la coqueluche, ou viral
comme la grippe saisonnière et l'hépatite B.

Depuis quelques temps, des techniques génétiques sont utilisées dans l'élaboration des vaccins. C'est le cas notamment
du vaccin contre les papillomavirus (Gardasil et Cervarix). Ce sont des vaccins dits "recombinants" qui ont été modifiés
génétiquement. Il s'agit d'un Adénovirus modifié génétiquement de façon à l'empêcher de se répliquer. (Voir l'ouvrage
des Docteurs Nicole et Gérard Delépine, lien en fin d'article).
Or, comme le Gardasil, et les vaccins anti-hépatite B (GenHevac B, Engerix, …), certains des vaccins Covid en cours
d'élaboration précipitée, mais sensés nous protéger du Sars Cov2, (Covid 19) font appel au "génie" génétique. Ils
n'utilisent plus directement le micro-organisme génétiquement modifié, mais le produit qu'il génère. La technique
consiste à faire exprimer par le système cellulaire de l'hôte (celui à qui on l'aura injecté), la protéine de surface du virus
grâce à un plasmide recombinant (de l'ADN du virus) introduit dans ses cellules. Des fragments d'ADN modifié pourront
donc se recombiner avec notre propre ADN, ce qui échapperait totalement à tout contrôle. C'est le cas notamment du
vaccin développé par la firme américaine MODERNA qui est en train d'être testé en phase clinique sur des volontaires
humains. Le développement du vaccin de la firme ASTRA-ZENECA vient d'être suspendu par suite d'un effet secondaire
très grave sur une personne.
https://www.sciencesetavenir.fr/sante/astrazeneca-fait-une-pause-dans-les-essais-cliniques-de-son-vaccin-contre-lecovid-19_147275
LES DANGERS DES OGM DANS LES VACCINS :
Le vaccin recombinant déjà commercialisé, celui de l'hépatite B, contient entre 1 et 30 picogrammes d'ADN résiduel. Cet
ADN provient autant des cultures cellulaires dites continues, (qui sont des cellules qui ont été modifiés pour qu'elles
continuent à se diviser "éternellement", à la manière des cellules cancéreuses), que des manipulations nécessaires à la
fabrication des plasmides recombinants. Le risque principal est de voir ces résidus d'ADN s'incorporer anarchiquement
au patrimoine génétique du receveur, ce qui pourra provoquer toutes sortes de problèmes graves, cancers, etc.,
totalement imprévisibles.
Ce risque a d'ailleurs été évoqué dès 1987 par l'OMS dans un rapport d'experts sur "l'acceptabilité des cultures cellulaires
pour la production de substances biologiques". https://apps.who.int/iris/handle/10665/38423
On peut lire dans ce rapport :
« Un des grands problèmes est le risque de malignité que pourrait présenter à long terme un ADN contaminant
hétérogène, en particulier s’il s’avère qu’il contient des séquences codantes ou régulatrices potentiellement oncogènes.
Ce point est réellement préoccupant, car de nombreuses personnes en bonne santé, notamment des nourrissons, seront
peut-être vaccinées avec des produits issus de lignées cellulaires continues, ou les recevront de toute autre manière.
Il faut tenir compte de plusieurs points lorsqu’on fait ces estimations du risque.
Premièrement, tous les calculs sont fondés sur le postulat selon lequel le facteur de risque d’induction tumorale décroît
linéairement avec la concentration d’ADN. Ce postulat n’est pas forcément exact, puisqu’une quantité d’ADN qui n’a

aucun effet biologique mesurable lors d’un essai normalisé parce qu’elle est présente à une trop faible concentration, peut
quand même avoir un effet dans certaines conditions ou sur certains organes ou tissus.
Deuxièmement, on ignore encore si le risque associé à des expositions répétées à de l’ADN agira de façon cumulative ou
non.
Troisièmement, il faut envisager la possibilité que les préparations d’ADN qui n’induisent pas de tumeurs dans les systèmes
expérimentaux puissent provoquer chez l’homme des modifications susceptibles d’accroître l’incidence de l’apparition de
tumeurs après de longues périodes de latence.
Quatrièmement, les expériences conduites sur des animaux à courte durée de vie ne permettent pas d’évaluer les effets à
long terme des séquences d’ADN acquises. »
Source : https://criigen.org/les-vaccins-issus-dorganismes-genetiquement-modifies-2005/
Pourtant, le 10 juillet 2020, l’UE a ouvert la porte en grand aux OGM médicinaux en adoptant un règlement qui permet
aux fabricants de vaccins contenant des OGM de se passer d’étude environnementale et sanitaire préalable, et de déroger
à certaines règles sur les essais cliniques chez les humains, ceci afin d’accélérer le développement et la mise sur le marché
de ce type de produit promus par l’industrie pharmaceutique. À la faveur de l’épidémie de COVID-19, l’industrie
pharmaceutique est en passe de donner une nouvelle dimension à la commercialisation de ces produits pharmaceutiques
constitués ou issus d’OGM. Cette nouvelle réglementation suivait une précommande de 400 millions de doses de vaccins
par 4 États européens (France, Italie, Allemagne, Pays Bas) au consortium formé par les laboratoires Astra-Zeneca (GB)
et Novasep (Fr) pour un vaccin OGM dit « vaccin à vecteur viral » (donc constitué de virus OGM).
Les vaccins qui sont en préparation contre le Covid19 sont à l'évidence élaborés dans la précipitation, ce qui les rend
encore moins recommandables. Ces vaccins dits "à ARN messager" fonctionnent sur le principe que l'information
génétique qui vient coder les cellules du patient pour leur faire produire telle ou telle protéine est directement injectée
sous forme de plasmide. Or en l'état actuel de la recherche on dit ne pas savoir comment l'ADN réussit à entrer dans la
cellule ! Cependant une fois à l'intérieur de la cellule présentatrice d'antigène, l'ADN est transcrit, puisque ses peptides
sont reconnus comme étrangers, et la cellule va externaliser l'antigène du vaccin.
Donc on ne sait que très partiellement "comment ça semble marcher"… Quels en seront les effets indésirables à court,
moyen et long terme : personne ne le sait ni ne semble s'en soucier.
Ce seront dans tous les cas les personnes qui se le feront injecter qui serviront de cobayes. D'autant plus, que les
laboratoires pharmaceutiques qui les fabriquent ont réussi à refaire confirmer par les gouvernements que seuls ces
derniers endosseront une responsabilité en cas d'accident vaccinal avéré, les laboratoires étant totalement dédouanés.
Ce qui veut dire concrètement que ce seront les cobayes (NOUS, si nous l'acceptons puisque le gouvernement c'est nous)
qui finiront par payer pour des dégâts potentiellement graves qu'on nous aura infligé, contre notre gré et éventuellement
de force si la vaccination finissait par devenir obligatoire.
Un autre point qui pose question : Nous arrivons comme chaque année avec l'automne à la période de promotion
marketing du vaccin antigrippal saisonnier qui va inciter, le contexte Covid aidant, les personnes dites "fragiles" à se faire
vacciner aussi contre la grippe saisonnière, en attendant la chimère vaccinale Covid. Or, il s'avèrerait que les personnes
ayant été vaccinées juste avant l'épidémie covidienne contre la grippe saisonnière (et en Lombardie en plus contre le
méningocoque) seraient sujettes à un phénomène connu de facilitation de l'infection par les anticorps lors d'une infection
par le Covid19. Ce phénomène pourrait aggraver le cas, jusqu'à le rendre fatal.
https://www.revmed.ch/covid-19/Anticorps-facilitants-et-pathogenese-du-COVID-19 .
Dernier point très important, il semblerait aussi que dans les régions qui sont le plus "copieusement" arrosées de réseaux
de téléphonie mobile, surtout la 5G, les "foyers" de contamination soient plus importants. C'est le cas par exemple à
Wuhan, en Chine, mais aussi en Italie dans l'agglomération de Milan, qui est depuis fin 2019 intégralement couverte par
la 5G. Sachant que certaines composantes d'ondes électromagnétiques ont la capacité (prouvée, puisque utilisée en
laboratoire) de rendre nos cellules corporelles poreuses, la question mériterait d'être étudiée de très près.
Mais comme des intérêts énormes sont en jeu … on glisse ce qui gêne sous le tapis…
Le vaccin anticovid est en l'état, totalement INACCEPTABLE.
Liens utiles : - Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations https://www.infovaccin.fr/
Docteurs Nicole et Gérard Delépine : http://docteur.nicoledelepine.fr/gardasil-futur-scandale-sanitaire-malgreles-alertes/
https://www.aimsib.org/presentation-de-laimsib/
https://www.aimsib.org/blog/


6 - Volet vaccination Covid.pdf - page 1/2
6 - Volet vaccination Covid.pdf - page 2/2


Télécharger le fichier (PDF)

6 - Volet vaccination Covid.pdf (PDF, 204 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP